Orthoptiste

L'orthoptiste est un professionnel de la santé qui travaille en collaboration avec un ophtalmologiste et un optométriste pour diagnostiquer, traiter et prévenir les troubles visuels et musculo-squelettiques. Ils font des tests de diagnostic, réalisent des exercices et des traitements rééducatifs, donnent des conseils aux patients et s'assurent que leurs patients sont bien pris en charge.

Quelles sont les missions d’un orthoptiste ?

Le travail d’un orthoptiste consiste principalement dans la rééducation musculaire des yeux pour l’amélioration de l’acuité visuelle dans les cas où les lunettes ne sont pas suffisantes. Ces patients viennent le consulter pour donner suite à la prescription d’un médecin généraliste (ou un ophtalmologiste) pour corriger des fatigues oculaires, réduire un strabisme ou améliorer un trouble de la vue après un accident, un traumatisme ou une maladie par exemple.

Il est souvent confondu avec l'orthophoniste, qui travaille sur la rééducation de la voix.

Dans le cadre de son métier, l’orthoptiste est le plus souvent amené à travailler avec des enfants à cause de faits que les troubles de la vision qu’il prend en charge sont souvent dus à des malformations de naissance et son donc diagnostiqués tôt. Les adultes qui sont pris en charge par des orthoptistes le sont à la suite d’accidents ou maladies responsables de leurs troubles visuels. Les techniques de rééducation sont adaptées à chaque patient et à chaque trouble et l’orthoptiste doit être créatif et rigoureux pour pouvoir venir en aide à ses patients.

Quand un nouveau patient arrive, l’orthoptiste doit commencer par établir un bilan de la puissance du défaut optique à corriger. Pour cela, le patient devra passer par plusieurs tests d’acuité visuelle, comme des tests de sens chromatiques et de champ visuel par exemple. Ensuite, il pourra planifier une rééducation basée sur des exercices qui visent à aider le patient à mieux faire travailler les muscles de ses yeux pour réduire ses troubles optiques.

L’orthoptiste peut travailler dans les hôpitaux, mais la grande majorité de ces professionnels choisissent d’ouvrir leur propre cabinet. Ils peuvent aussi être salariés dans des établissements de soins.

Les qualités et compétences pour devenir orthoptiste.

Comme pour tous les métiers de la santé, l’orthoptiste doit avoir le sens de l’empathie et de l´écoute et il doit être capable d’encourager ses patients pour les motiver à continuer les exercices nécessaires à leur rééducation entre les séances de consultations. Comme il s’agit souvent d’un public jeune, il faut qu’il soit particulièrement attentionné et qu’il sache se communiquer aisément avec des enfants. Il doit également être minutieux pour élaborer ses bilans et planifier ses interventions qui doivent être adaptées à chaque personne et chaque degré de trouble optique. Il faut qu’il soit curieux et qu’il continue à se former tout au long de sa carrière pour toujours connaître les actualités de son métier et les dernières techniques d’intervention dans son domaine. De nombreux organisme de formation agrées offrent des possibilités de perfectionnement et de spécialisation.

Il doit savoir dépister les troubles optiques, rééduquer les patients et conseiller les personnes.

Il doit avoir des connaissances précises des techniques de mesure de l’acuité visuelle, des pathologies dégénératives, de la classification internationale des déficiences, des grilles de cotation de la sécurité sociale et de neurophysiologie.

Les formations pour devenir orthoptiste

Pour exercer ce métier, il faut préparer un certificat de capacité d’orthoptiste à l’université, qui correspond à un bac + 3 et qui est accessible après un concours d’entrée auprès d’une des 14 universités de médecine en France.

Après l’obtention du certificat, il existe des formations professionnelles non diplômantes qui permettent d’acquérir de nouvelles compétences et se spécialiser dans différents domaines.

L’entrée en formation est soumise à un concours, et les étudiants qui y accèdent sont peu nombreux, environ 400 places sont offertes chaque année.

Les perspectives d’emploi et d’évolution de carrière

Après quelques années de pratique, l’orthoptiste peut devenir cadre de santé d’unité ou de secteur de soins ou encore formateur en orthoptie.

Après 5 ans d’expérience dans des fonctions d’encadrement, l’orthoptiste peut préparer le certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement pour enfants inadaptés.

Le salaire d’un orthoptiste.

En début de carrière et dans la fonction publique, l’orthoptiste gagnera 1.400 € brut mensuel. A la fin de sa carrière, son salaire sera d’environ 2.100 € brut mensuel.

Pour un orthoptiste qui exercent en libéral, la fourchette des revenus dépendra du temps qu’il consacre à son activité, de sa renommée, et du nombre de patients qu’il est en mesure d’accueillir. Le revenu d’un orthoptiste en libéral varie généralement entre 2.116 € et 4.417 €, avec une moyenne de 2.300€.

Découvrez des métiers similaires

Questions fréquentes
Pourquoi l'orthoptiste utilise-t-il parfois des patchs ou des lunettes spéciales lors de la prise en charge des patients ?
L'orthoptiste utilise parfois des patchs ou des lunettes spéciales pour traiter l'amblyopie, communément appelée "œil paresseux". En couvrant l'œil plus fort avec un patch ou en utilisant des lunettes spéciales pour réduire sa vision, cela encourage l'œil plus faible à travailler plus dur et peut aider à améliorer la vision de cet œil sur le long terme.
Quel rôle joue un orthoptiste dans le traitement du strabisme?
L'orthoptiste joue un rôle clé dans l'évaluation et le traitement du strabisme, qui est un désalignement des yeux. Ils utilisent diverses techniques pour mesurer l'ampleur du désalignement et recommander des interventions. Cela peut inclure des exercices oculaires, des lunettes, des patchs ou, dans certains cas, une intervention chirurgicale pour réaligner les muscles oculaires.
Comment la technologie a-t-elle influencé la pratique de l'orthoptie ?
La technologie a eu un impact significatif sur la pratique de l'orthoptie. Les appareils de mesure modernes permettent des évaluations plus précises de la vision et du mouvement des yeux. De plus, l'utilisation de logiciels spécifiques et de dispositifs de réalité virtuelle permet de proposer des exercices de rééducation visuelle plus engageants et efficaces pour les patients. Cela contribue à une meilleure prise en charge des conditions telles que le strabisme, l'amblyopie et les troubles de la motilité oculaire.