AccueilMétiersFormationsCatégoriesFinancementsContribuerQui sommes-nous ?Nous contacter
ambulance

Ambulancier : fiche métier

Missions d’un ambulancier ?

Un ambulancier est chargé d’amener les malades, blessés, personnes âgées à l’hôpital ou les ramener à leur domicile au moyen d’un véhicule spécialement adapté. Il est au service du patient et l’aide à se rendre jusqu’à l’ambulance, au besoin en le transportant sur un brancard, tel un brancardier. Il est donc à la fois transporteur spécialisé et auxiliaire sanitaire. Il est au service des malades et veille à leur confort, il peut même intervenir en cas d’urgence pour prodiguer les premiers secours. Les soins peuvent inclure de la réanimation cardiorespiratoire, la mise en place d’attelles, de bandages ou l’administration de médicaments ;

Un ambulancier ou ambulancière est également capable de surveiller l’état du patient et savoir fonctionner les appareils d’assistance médicale. A l’arrivée, il transmet au personnel soignant les informations dont il dispose sur l’état de santé du patient. Un ambulancier n’est jamais seul : dans l’ambulance, il y a toujours deux ambulanciers présents : l’un doit être titulaire du diplôme d’Etat d’Ambulancier (DEA), l’autre est souvent auxiliaire ambulancier.

Découvrez d'autres contenus inspirants sur la santé !
Je découvre

Il veille également au bon état de son véhicule de transport sanitaire et de son matériel médical (civière, défibrillateur…) qu’il entretien en le stérilisant. Par ailleurs, il tient un journal de bord et assure certaines tâches administratives comme l’établissement des dossiers ; la tenue de divers documents administratifs comme ceux en rapport avec la sécurité sociale ou les hôpitaux.

Qualités et compétences pour devenir ambulancier

Un ambulancier doit également être capable de garder son sang-froid : il peut être emmener à conduire très rapidement avec sirène et gyrophare. Il est possible de se retrouver face à des situations où il faudra garder son calme et parfois prendre des décisions rapidement. Une bonne gestion du stress est ainsi primordiale.

De bonnes capacités d’écoute et de patience sont indispensables à la profession d’ambulancier, il est en effet en contact permanents avec des personnes malades, blessées ou handicapées. Il faut donc se montrer prévenant, disponible et rassurant. Enfin, un ambulancier doit faire preuve de bonnes capacités de communication et relationnelles. Il doit en effet faire preuve d’empathie et de discrétion.

De plus, il faut également pour un ambulancier être consciencieux, tant au niveau du matériel et de l’ambulance que du patient. Il faut aussi faire preuve d’une grande vigilance, à la fois lors de la conduite mais aussi auprès du patient, particulièrement lorsque son état nécessite qu’on lui prodigue les premiers secours.

Par ailleurs, un ambulancier doit être très disponible car il peut être amené à travailler le soir et la nuit, en semaine comme en week-end. Le rythme de travail peut être très contraignant. L’ambulancier doit donc faire preuve d’une bonne résistance mentale : il travaille en effet à un rythme soutenu, avec des horaires irréguliers et intervient pendant des périodes d’urgence qui peuvent être longues.

Formations pour ambulancier

Après la 3e, il faudra compter 18 semaines de formation, dont 5 de stage pour obtenir son diplôme d’Etat (DE) d’ambulancier. L’accès s’effectue sur épreuve avec le permis B et la formation PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1). Il doit également présenter des documents tels qu’une attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance ou un certificat médical de vaccination.

La préparation au diplôme d’État est assurée par des centres agréés par le ministère de la Santé. Elle est dispensée au sein d’organismes tels que les Instituts de Formation d’Ambulancier (IFA), CHU hospitaliers, l’Ordre de Malte, la Croix Rouge…

De nombreux organismes de formations privés proposent des formations professionnelles, dispensées à distance comme en présentiel. Les cours peuvent être suivis en continu ou en alternance. Il est désormais possible de financer un projet de reconversion grâce à des dispositifs publics de l’emploi. Le Compte Personnel de Formation (CPF) est l’outil le plus utilisé. Les salariés ont également à leur disposition le Plan de développement des compétences. Les demandeurs d’emploi peuvent également mobiliser l’Aide Individuelle à la Formation.

Perspectives d’emploi et d’évolution de carrière

Un ambulancier peut travailler pour le compte d’un service d’urgence, d’une entreprise privée, un organisme d’assistance. Il peut aussi s’installer à son compte.

En suivant une formation complémentaire adaptée (Formation d’Adaptation à l’Emploi ou FAE) et n stage de sécurité routière et de conduite en état d’urgence, il peut accéder au poste de responsable de SMUR (service mobile d’urgence et de réanimation). Dans un service d’urgence, il prendra alors les appels téléphoniques et établira les déplacements des équipes. La formation complémentaire d’ambulancier SMUR comprend 4 modules : situation d’exception, hygiène décontamination et désinfection, radiotéléphonie et participation à la prise en charge du patient au sein d’une équipe médicale.

Par ailleurs, après quelques années d’expérience, l’ambulancier peut devenir régulateur. Il sera amené à recevoir les appels, coordonner les différentes demandes et établir le planning des interventions.

Un ambulancier peut aussi se spécialiser dans le transport sanitaire pédiatrique, ou encore au service des personnes âgées ou en situation de handicap ; ces personnes ne nécessiteront pas forcément de soins d’urgence, mais auront besoin d’être accompagnées sur le plan médical dans leur quotidien. Il existe enfin des passerelles vers les métiers d’aide-soignant et auxiliaire de puériculture.

Découvrez d'autres contenus inspirants sur la santé !
Je découvre

Salaire d’un ambulancier

Le salaire d’un ambulancier varie selon qu’il exerce dans le privé ou la fonction publique. Dans la fonction publique hospitalière, l’ambulancier débute à 1 640 € brut mensuel. Il est d’environ 2300 € en fin de carrière.

Un ambulancier à son compte gagnera davantage, sa rémunération variera en fonction de son nombre de patients, mais devra investir pour financer son véhicule (entre 30 000 et 80 000 €).

Découvrez des métiers similaires